Nouvelle mesure gouvernementale : une étiquette sur la qualité de l’air

Afin de développer la qualité de l’air, les inventeurs et les professionnels ont proposé des solutions pour l’améliorer. Pour ce faire, il faut commencer par réduire les niveaux d’émission des COV dans divers produits. Ceux-ci concernent généralement les infrastructures des bâtiments et les accessoires de décoration.

Des mesures pour essayer d’améliorer la qualité de l’air dans sa maison

Les nouvelles mesures gouvernementales

qualite ciel air 300x225 Nouvelle mesure gouvernementale : une étiquette sur la qualité de l’air

Qualité de l’air

Depuis le début du mois de janvier 2012, une norme sur la qualité de l’air a été mise en place pour son amélioration. Cette nouvelle norme environnementale est liée aux degrés d’émission des composés organiques volatils ou COV. Celle-ci a été longuement attendue par les professionnels en médecine et les protecteurs de l’environnement. Mais elle demeure également indispensable pour les consommateurs et les producteurs. De ce fait, elle devient obligatoire pour la conception des produits de construction et des accessoires de décoration d’un bien immobilier.

Objectifs de ce nouvel étiquetage

Ce nouvel étiquetage concerne l’émission de COV des produits de construction tels que les parures des murs, de sol, les peintures et les vernis. Ceux-ci doivent ainsi être conçus dans le respect de cette nouvelle norme. Il faut également anticiper les effets toxiques par respiration attachée aux COV comme les formaldéhydes, toluène, styrène, etc.

Un degré élevé de ces substances peut provoquer ou aboutir à l’aggravation de certaines maladies comme l’asthme, les allergies ou les conjonctivites. De ce fait, le principe est d’inciter les producteurs à concevoir des produits sains et qui respectent l’environnement.

Comment fonctionne cette norme ?

qualite de l air Nouvelle mesure gouvernementale : une étiquette sur la qualité de l’air

La qualité de l’air joue sur la santé public

Cette nouvelle norme s’applique généralement sur les produits pour les bâtiments et notamment pour le revêtement des murs. Celle-ci cite un barème sur le niveau d’émission des COV. Les produits à faible émission de ces derniers par exemple sont désignés par un A+. Par contre, ceux qui en émettent une forte quantité comportent un  C. La normalisation de cette qualité de l’air se fera par les producteurs eux-mêmes, mais c’est par la suite que la DGCCRF effectue le contrôle de la qualité.

Application du décret

L’application du décret est déjà réglementaire depuis le 1er janvier 2012 pour les produits récemment conçus après cette date. En revanche, pour les produits qui ont existé sur le marché avant cette date, le décret ne s’applique qu’à partir du 1er janvier 2013.

Assurer la bonne qualité de l’air pour des raisons de santé

Analyse : moisissures, bactéries, CO2, etc.

Avec les cheminées, les feux de brousse, etc., qui polluent l’environnement, il est important d’avoir un environnement sain dans sa maison. Cet air pollué détient des éléments étrangers comme les moisissures, les bactéries, les virus, les COV qui peuvent engendrer diverses pathologies. Ces dernières qui ne cessent de s’accroitre de plus en plus doivent être améliorées à partir du nouvel étiquetage.

Où se cachent ces éléments nuisibles à la santé ?

En général, ces bactéries ou ces diverses substances qui affectent la santé se trouvent dans les panneaux assemblés, le médium, les mélaminés et autres dérivés du bois. De ce fait, presque tous les produits en bois se trouvant dans la maison contiennent ces substances. Elles peuvent dans ce cas être dans le lit, au sol de l’intérieur, dans les meubles de la cuisine, le salon, etc.

No related posts.

Connectez vous avec LDT Constructeur de maisons Google +

Tagués avec : , , ,
Publié dans Construction maison BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*